Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25.03.2013

Pratique hebdomadaire demain mercredi dès 19 heures à l'Union internationale des télécommunications, Genève

Chers amis d'Almatango et du tango argentin,

 
De chaudes larmes coulaient le long de ses joues, envahie qu'elle était par la tristesse, la solitude, l'abandon. Jamais elle ne retrouverait la réalité du passé ! Jamais elle ne retrouverait la pratique, ses amis... Même ici, dans le berceau du tango, elle n'était pas avec les siens. Elle sentait bien que toute cette histoire ne pouvait être réelle, malgré les jours de rêve qu'elle passait avec son ange gardien.

C'est dans ces pensées qu'il la surprit un instant plus tard. Elle lui sourit, il n'était jamais bien loin lorsqu'elle se sentait triste, désemparée. Qu'allait-il lui faire découvrir aujourd'hui ? Quel nouveau trésor de la ville ?

- Tu te souviens du Café Tortoni, où nous étions le premier jour ? Aujourd'hui, je t'emmène dans un autre café remarquable... l'Ateneo.

Un café ? Un théâtre ? Une librairie ? Tout cela peut-être ? Entre Callao et Santa Fe, elle découvrit cet ancien théâtre, le bien nommé Splendid, transformé en libraire magnifique, irréelle, avec un bar sur l'ancienne scène conservée !
 
Elle croisa son regard et vit dans ses yeux une lumière nouvelle, encore plus fraiche que celle qu'elle lui connaissait déjà. Elle l'interrogea du regard, curieuse et rieuse à la fois.

- Un secret ?

- Tu rentreras ce soir, car l'heure est venue, mon rôle est terminé !

- Ton rôle, mais qui es-tu donc ?

- Oh, je ne suis qu'un gardien des clefs, un passeur de mondes, j'accompagne ceux qui marchent sur la route de leur profond inconnu, en recherche. De mon trousseau, je tire une clef, j'ouvre une porte, je guide un instant ; je protège aussi ceux qui s'égarent, parfois...

- Comme moi ?

- Un peu... mais tu ne t'étais pas égarée, tu faisais juste une pause.

- Mais, mais qui es-tu ?

- Viens, je vais te montrer quelque chose, tu comprendras.

Il la conduisit vers une section un peu à l'écart des autres, qui ne semblait pas être là lorsqu'ils étaient passés un instant plus tôt. Sur une étagère, un grand livre était ouvert en exergue sur une double page représentant un tableau. On y voyait un coin d'immeuble parisien, un pan de mur ocre, et une fenêtre clairement ouverte vers l'intérieur. Et par cette fenêtre ouverte, on apercevait un autre immeuble... Dedans ou dehors ? Intérieur ou extérieur ? Ici ou là-bas ?

Elle eut un peu froid et un frisson la parcourut. Elle leva les yeux et regarda ce garçon qui se tenait devant elle. Son regard incrédule le désarçonna un instant puis il se reprit et lui lança en riant :

- Alors, tu ne veux pas danser ? Tu n'es pas venue à la pratique juste pour rêvasser, non ?

- Pardon, bien sûr, avec plaisir ! Mais... Euh, qui es-tu ? Je ne te reconnais pas...

- Je n'ai pas vraiment de nom, je suis juste celui qui ferme soigneusement la porte le soir, pour que la mémoire des lieux ne s'échappe pas. Parfois, certains m'appellent le poète, parce que je connais les images du passé et que je lis celles du futur, parce que je suis ici et là-bas à la fois, mais je crois...

- Tu vas bien, tu es toute pâle ? Allez, dansons va, tu iras mieux après cette valse. Soñar y nada mas, rêver et rien d'autre, c'est ce dont tu as besoin il me semble... Pas chaud en ce moment à Genève, il fait meilleur à Buenos Aires, n'est-ce pas ?

FIN

Nous nous retrouverons demain mercredi dès 19 heures à la Cafétéria de l'UIT pour notre pratique hebdomadaire. Dès 19h30, Alberto & Alicia animent le cours débutant. En parallèle, Fernando & Elisa guident la pratique commune. Cette semaine, rebonds magiques, comme le calendrier... 
 
À vos chaussures de danse !
 
L'équipe d'Almatango 

Les commentaires sont fermés.